Procédures générales de consignation

43% des accidents lors des interventions de maintenance sont liés à
une consignation mauvaise ou absente. (source INRS – EPICEA 2010).

CAPIOTEC a donc développé des procédures et des moyens brevetés® pour vous permettre de gérer la mise en sécurité de vos installations avant le démarrage d’interventions.

Nous sommes donc en mesure de vous proposer des solutions de mise en sécurité des installations par la consignation. Cette notion de solution nous permet de vous accompagner (selon votre besoin) dans tout ou partie de votre démarche de mise en sécurité de vos installations.

Ainsi pour la mise en sécurité des installations par la consignation nous vous proposons :

  • Diagnostic
  • Définition/Rédaction de la procédure générale de consignation adaptée à votre site :
    • Solutions brevetées CAPIOTEC, – Solutions sur la base des savoirs faire nord américains,
    • Solutions simples sans rédaction de documents
    • …)
  • Repérage des équipements et Identification des points de condamnation.
  • Rédaction de procédures de consignation d’équipement (mise en sécurité partielle ou totale suivant les besoins).
  • Fourniture de matériel de consignation (bons de consignation, cadenas, moyens auxiliaires, boites, EPI)
  • Formation de votre personnel.

Mise en place d’un régime de consignation

La mise en place d’un régime de consignation a ses étapes et ses écueils, il n’est pas rare de voir des entreprises entamer cette démarche puis s’arrêter en cours de route faute d’avoir mis en place un processus simple, rigoureux, incontournable et sécurisant.

La consignation est trop souvent synonyme d’ennuis, de complexité, d’opérations fastidieuses et CHRONOPHAGES. Elle est assimilée à une perte de temps, alors qu’elle peut représenter tout le CONTRAIRE…

C’est pourquoi nous vous proposons de réaliser un Diagnostic de votre système de consignation afin d’établir ses points faibles et ses points forts et vous proposer Une ou plusieurs Procédures générales afin de traiter les consignations au mieux de vos besoins.

Ensuite la mise en place se déroule pas à pas :

  • Objectifs
  • Procédure générale
  • Mise en service opérationnelle (par cycles)
  • Étude des équipements prioritaires
  • Identification et repérage des organes de coupure
  • Fiches de mise à disposition d’équipements (ou modes opératoires de consignation)
  • Mise en service – Formation opérationnelle
  • Audit

A chacune de ces étapes, CAPIOTEC se propose de vous assister ou d’effectuer la réalisation. Plus classiquement, nous vous accompagnons sur un ou deux cycles.

Odoo • une photo avec une légende 

Diagnostic

Le diagnostic de votre processus peut prendre entre 1 et 3 jours (dont 0,5 à 1,5 sur votre site, le reste étant utilisé à la rédaction de votre Compte rendu et à sa communication)

Nous passons en revue vos procédures et modes opératoires existants afin d’en analyser l’ensemble des points et d’identifier tous les acteurs.

Chaque point est ensuite gradué sur une échelle allant de l’inexistant à la sécurité maximale connue.

Le résultat donne une cartographie globale du processus. Cela permet ensuite d’identifier les zones de risque et d’actions prioritaires.

Objectifs

Cette phase vous appartient, néanmoins, notre diagnostic met en avant les points à améliorer. Il vous est donc très aisé de définir vos priorités.

Procédure Générale

CAPIOTEC vous soumet plusieurs procédures générales de consignation, vous choisissez celle qui correspond le mieux à votre site et à votre culture d’entreprise (toujours en respectant le cadre légal). La procédure choisie est ensuite adaptée et mise en forme en fonction de vos besoins.

La procédure générale comprend :

  • Le cadre du processus de consignation
  • Les documents types (bons de consignation, autorisations de travail, modèles de modes opératoires …)
  • La revue des impacts de la procédure sur vos autres procédures (règlement intérieur, accueil des entreprises extérieures,…)

Mise en Service Opérationnelle par cycles:

Prétendre mettre en service la procédure générale, et surtout réaliser l’ensemble des modes opératoires de consignation propres à chaque équipement serait à la fois long et fastidieux.

Nous vous proposons de cibler les équipements prioritaires sur lesquels sera portée l’attention. Cette action permet aux différents acteurs de capitaliser du savoir-faire sur la création de modes opératoires.

A chaque équipement terminé, il devient aisé de s’atteler au suivant.

La création peut aussi se faire en fonction de besoins opérationnels immédiats (arrêt d’été, arrêt sur panne, etc…). Pour cela des canevas sont prévus dans la procédure générale et sont prêts à l’emploi.

Sélection d’équipements prioritaires :

Les équipements sont choisis en fonction :

  • De la proximité d’une opération de maintenance importante
  • Du niveau de risque qu’ils représentent
  • De leur criticité

Etat des lieux :

Il s’agit de définir pour un équipement donné, les documents à disposition, les énergies dangereuses en présence, les énergies résiduelles,…

Organes de coupures :

Identifier les organes de coupure, les moyens de coupure à mettre en œuvre, les moyens de purge ou de confinement. Les organes de coupures font l’objet d’une signalisation minutieuse afin d’éviter tout problème d’identification.

Fiches de mise à disposition (ou modes opératoires de consignation, ou instruction de sécurité, ou Procédures de mise en sécurité machine)

Ce sont les modes opératoires de mise en sécurité des équipements, ils récapitulent l’ensemble des dispositions à prendre pour mettre en œuvre la sécurité des interventions qui sont à réaliser

Formation opérationnelle

Suivant le cas certains opérateurs peuvent avoir à dérouler des fiches de mise à disposition afin de réaliser une mise en sécurité. Cela nécessitera une formation terrain adaptée.

Pour les maintenanciers, notamment les électriciens, une formation sera dispensée pour le respect de la procédure générale.

Retour d’expérience

A l’usage, des améliorations possibles peuvent se révéler, il sera alors nécessaire de mettre à jour la documentation et les fiches. Plus généralement, il conviendra d’auditer chaque fiche afin de valider que la mise en sécurité qui résulte de son application est bien suffisante.

A ce stade un nouveau diagnostic peut être proposé afin de valider les progrès réalisés. Cet audit peut aussi être réalisé en interne, sur le modèle du premier diagnostic fourni.